Êtes-vous un bon partenaire de RP ?

partenaire-rpSi vous avez déjà eu quelques expériences de role play, et en particulier si vous en avez eu de moins agréables, vous avez vu des comportements qui ne vous ont pas plu, et vous vous êtes sans doute dit que vous ne feriez pas la même chose. Mais est-ce que cela fait de vous un « bon » partenaire pour autant ? Eh bien pour le savoir il ne vous reste plus qu’à lire cet article, et à voir sur quels points vous avez tout bon !
  1. La gestion de l’histoire

    L’ensemble des RP sur un même support (un forum par exemple), constitue une histoire globale, avec de nombreux personnages dont les histoires s’entremêlent, parfois à des rythmes différents. Dans ce système chaque personnage est joué par une personne distincte, un auteur qui peut d’ailleurs parfois en gérer plusieurs. Dans un RP il y a au moins deux auteurs, qui doivent cohabiter, partager leurs idées et laisser la place à celles de leur(s) partenaire(s). Cette cohabitation est cependant bien différente de celle que vous pourriez avoir avec un co-auteur sur un roman, et c’est là toute la subtilité du RP ! Dans un roman que vous co-écrivez vous aurez décidé de vous mettre en commun avec un auteur que vous aimez pour accorder vos styles, décider d’une trame à suivre, d’une répartition des différents morceaux qui composeront votre œuvre complète, vous aurez probablement de nombreuses discussions lors des points critiques avant d’écrire quoi que ce soit, pour vous mettre d’accord sur l’issue d’un événement. En bref, vous construirez ensemble un appartement, une maison ou un château selon vos ambitions, en vous mettant d’accord sur les plans, sur un style d’ensemble cohérent et sur l’emplacement de votre construction. Dans un RP pas de plans, ou si peu qu’ils tournent souvent bien différemment que ce qu’on aurait imaginé. Même si vous avez des informations sur l’autre personnage par le biais de votre conversation avec l’autre joueur ou d’une fiche lue à son sujet, vous les occultez quand vous incarnez votre personnage, vous fractionnez en quelque sorte votre esprit en deux parties, l’une d’elles n’en sachant pas plus sur quoi que ce soit que votre personnage. Et pourtant, lorsque vous prévoyez de jouer quelques temps avec une même personne, vous scénarisez intérieurement à la fois la vie de votre personnage mais aussi ce que pourrait donner son interaction avec celui de votre partenaire, et les événements que vous pourriez créer pour dynamiser le tout. C’est un point clef, qu’il est bien difficile de doser pour beaucoup de joueurs. Le bon partenaire de RP aura un scénario possible, mais ne cherchera jamais à l’imposer. Il saura laisser des alternatives à son compagnon de jeu, changera son scénario s’il voit qu’il ne peut pas fonctionner sans forcer l’autre à jouer selon ses règles. En quelque sorte un bon partenaire de RP propose une histoire à choix multiples, et réécrit cette histoire au fur et à mesure que des choix sont faits. Pour autant s’il voit que son partenaire a une idée derrière la tête ou a construit quelque chose d’intéressant il lui laissera spontanément les rênes, en s’assurant de jouer son personnage de façon naturelle mais sans non plus imposer une fin brutale aux projets de l’autre joueur. En somme un bon partenaire de RP réfléchira presque constamment à de nouveaux rebondissements, mais ne forcera pas leur déclenchement et si l’autre joueur propose dans ses réponses une situation à démêler il y participera d’abord jusqu’à son dénouement, sans chercher à la court-circuiter pour placer son événement. N’oubliez pas que votre personnage n’est pas le héros de l’histoire et vous n’écrivez pas l’histoire de vos personnages réunis. Votre histoire doit s’imbriquer respectueusement dans celle de l’autre et non la défoncer à coups de pelle pour faire rentrer votre idée.
  2. La cohérence dynamique

    Il n’est pas utile de lire un article pour savoir que sans cohérence un personnage est vite délaissé par les autres joueurs, c’est pourquoi je ne vais pas détailler ce point ici. Non, en dehors du fait de garder son personnage cohérent avec sa construction (son caractère, ses capacités…) il y a ce qu’il est possible (ou non) de faire dans un monde ou avec les autres personnages. Et je ne parle pas ici de ce qu’il est possible de faire de façon morale, la moralité dans vos RP n’est un critère dans ce qui nous intéresse que si la moralité des RP d’un joueur va à l’encontre des limites fixées par les autres (tacitement ou non). Être cohérent dans ce qui nous intéresse sera faire preuve de logique compte tenu des possibilités offertes par l’univers et les autres personnages. Si un lieutenant, ou assimilé, débarque devant un général et en public dans le Japon féodal et lui lance « Salut vieux, ça baigne ? », ce n’est pas cohérent, et pas seulement parce-que les mots utilisés ne sont pas en accord avec l’époque. Même le plus impertinent des hommes ne va pas se permettre une telle chose dans ce contexte, et s’il le fait il subira de tragiques conséquences. Le principe est bien sûr le même avec le personnage de votre partenaire, un joueur cohérent ne fera pas faire au sien des choses impossibles concernant l’autre. Alors qu’est-ce que la cohérence dynamique ? Dans un RP vous avez un grand avantage par rapport à une écriture en solo, c’est que vous avez constamment une autre personne avec vous, qui a des connaissances, qui peut remarquer des erreurs de cohérence, de logique. Un bon partenaire de RP tiendra compte des remarques qui lui seront faites sur la logique/cohérence de sa réponse, et la corrigera pour que le RP puisse continuer sans se baser sur des impossibilités. En somme il sera assez humble pour l’admettre s’il se trompe, et se corrigera sans rechigner.
  3. La relation avec l’autre joueur

    La confiance est fondamentale pour un RP serein quoi qu’il puisse s’y produire, et instaurer cette confiance mutuelle dépend de chacun. Le bon partenaire de RP ne se pointera pas seulement pour jouer en se moquant totalement de celui ou celle qu’il a en face de lui, il préviendra de ses absences si elles dépassent son temps habituel de réponse, histoire de ne pas laisser l’autre attendre cette réponse plus qu’il ne le faudrait. Comme dans n’importe quelle autre relation il s’attachera donc à être poli et prévenant. Bien sûr cela ne veut pas dire que vous devez écouter toutes les plaintes de votre partenaire au sujet de son chien trop gros, de sa voisine trop bruyante et que sais-je encore. Si être un bon partenaire de RP passe aussi par la relation avec l’autre joueur, rien n’interdit de fixer des limites dans votre entente. Vous pouvez vous soucier de son état de santé général sans avoir envie d’entendre la liste complète de ce qui ne va pas, et ne vouloir discuter que des sujets qui vous intéressent. C’est la même chose que si vous faisiez partie d’un club de tennis et que vous aviez un adversaire régulier, c’est plus agréable de sympathiser et de s’intéresser à quelques points de son existence, mais rien ne vous oblige à laisser tomber votre séance de sport pour l’écouter à la place parler de son pull vert qui est devenu marron après être passé à la machine. Vous avez le droit de mettre un peu de distance au début, quitte à réduire cette distance avec le temps si vous commencez à vous sentir plus proche de l’autre. Bien sûr cela marche aussi dans l’autre sens, un bon partenaire de RP ne s’étalera pas sur sa vie s’il n’a pas l’impression que l’autre a envie de l’entendre. Gardez en tête l’image du club de loisir, vous pouvez avoir des camarades réguliers et apprécier une activité commune sans pour autant vouloir à tout prix devenir son ami(e) le/la plus intime. Les mots clefs seront donc la courtoisie, la prévenance, un soupçon de diplomatie et le respect de la distance de confort de l’autre. Plus vous mettrez l’autre en confiance meilleur son jeu sera, parce-qu’il sera plus naturel et pourra mieux se concentrer sur son personnage et ce qu’il veut en faire, craignant moins votre jugement.
  4. La différenciation personnages-joueurs

    Une notion capitale en RP, qui semble couler de source mais qui malheureusement reste une difficulté pour un certain nombre de joueurs, quelle que soit leur habitude du RP. Lorsqu’un auteur écrit une histoire entière il y sèmera des personnages sympathiques, d’autres moins, et on ne l’identifiera pas (sauf si c’est partiellement autobiographique) à l’un des personnages. En RP c’est plus délicat, car même si à l’écrit vous pouvez incarner des personnages secondaires pour le bien de l’histoire vous utilisez principalement le même au cours d’un RP. Et vous n’avez pas forcément envie de jouer un gentil personnage tout mignon, du moins pas tout le temps. Il est donc possible que vous jouiez quelqu’un de désagréable, qui peut même insulter d’autres personnages. Ou que vous jouiez un personnage follement amoureux d’un autre. Et pourtant vous n’avez aucune envie d’insulter l’autre joueur, et vous n’êtes pas non plus amoureux de lui sans qu’il le sache. Si c’était le cas vous ne joueriez pas ce personnage, parce-que ce ne serait pas éthique de passer à travers lui un message à l’autre joueur. Tout cela semble logique, et pourtant même certains joueurs expérimentés s’identifient tellement à leur personnage qu’ils ont l’impression qu’on leur adresse sans arrêt des messages à travers lui. Un bon partenaire de RP prendra donc du recul, et gardera à l’esprit que ce n’est pas parce-que Roméo aime Juliette que l’acteur qui joue Roméo est amoureux de l’actrice qui joue Juliette. Il saura que son personnage peut se tromper et avoir tort, parfois même sans qu’il ne s’en soit lui-même aperçu avant que l’autre joueur ne réponde par le biais de son personnage, et il n’aura pas l’impression qu’on veut personnellement le prendre en faute si on reprend ce que son personnage a fait.
  5. La qualité d’écriture

    Quand vous écrivez un RP en direct, vous essayez de répondre assez vite à l’autre pour que vos réponses s’enchaînent, et il se peut que vous laissiez des petites erreurs, un accord oublié ou fait sans raison, une consonne restée à la maison… Votre partenaire ne vous en tiendra pas rigueur, pas plus que vous ne lui en tiendrez rigueur s’il le fait, tout au plus quelques fautes cocasses pourront vous amuser. C’est bien normal, et cela ne fait pas de vous un mauvais partenaire de RP. Mais là où le bon partenaire de RP, celui qui mérite la palme du classement, se distingue, c’est dans la bonne construction de ses phrases, le vocabulaire suffisamment varié, et un nombre de fautes qui tient dans un mouchoir de poche et témoigne plutôt de petites étourderies passagères. Chez un bon joueur le texte sera agréable à lire, il ne faudra pas essayer de déchiffrer la moitié des mots parce-qu’ils sont mal orthographiés, le vocabulaire sera adapté à l’époque pour les dialogues, les descriptions seront soignées, et surtout utiles. Vos yeux glisseront avec bonheur sur les textes du bon partenaire de RP, qui aura écrit rien que pour vous de belles lignes bien soignées, pour vous montrer qu’il respecte vos yeux et votre qualité de lecteur. Car bien écrire, ou s’appliquer autant que possible pour progresser dans cette voie, c’est aussi et surtout respecter celui qui vous lit, ne pas lui infliger une lecture qui lui donne l’impression de rouler à bicyclette sur une voie de chemin de fer en portant des lunettes qui rendent le paysage flou. Si vous voulez mal écrire, raconter une histoire sans vous soucier de vos fautes, faites-le pour vous, n’allez pas demander à ce qu’on lise un texte où vous ne vous serez pas appliqué(e). Alors bien sûr ce n’est pas inné pour tout le monde de bien écrire, et tout le monde n’a pas les mêmes capacités d’apprentissage. Mais il y a une grande différence entre quelqu’un qui s’efforcera de s’améliorer et traquera ses fautes avec soin, et quelqu’un qui se dira que seul le contenu compte peu importe la forme et ne se relira/corrigera pas, par flemme de le faire. Et cette différence s’appelle le Respect, de votre lecteur et donc de votre partenaire de RP. Et ça, comme on l’a vu au point 3, c’est capital pour être un bon partenaire de RP !
  6. La persévérance

    Le bon partenaire de RP n’abandonnera pas un RP en cours de route, non. Il ira d’abord trouver la personne avec laquelle il écrit et lui expliquera ce qui le tracasse. Il verra avec son/sa partenaire ce qu’il est possible de faire pour continuer dans de bonnes conditions, ou se mettra d’accord avec lui/elle pour arrêter si c’est une volonté commune. Le bon partenaire ne fuira donc pas le champ de bataille sur la pointe des pieds, en espérant qu’aucun détective ne sera lancé sur ses traces. Il peut y avoir de nombreuses raisons pour lesquelles il vous est difficile ou impossible de continuer un RP, mais cela ne doit pas avoir des conséquences négatives sur votre partenaire. Arrêter un RP qui plaisait à au moins un joueur c’est comme commencer à faire lire une super histoire à quelqu’un puis lui retirer le livre des mains sans lui laisser aucun moyen de savoir comment elle finira. Comme si vous aviez promis à un ami de faire un voyage en bateau avec lui et que vous partiez subitement avec le gouvernail et le canot de sauvetage. Mais la persévérance ne s’arrête pas là, elle se révèle aussi dans les buts que vous poursuivez avec votre personnage et pour lesquels on vous met des bâtons dans les roues. Si vous aviez visé pour lui une place auprès d’un autre (bras droit, époux, confident…) mais que l’autre semble réfractaire sans que son joueur ne le soit vous devez faire de votre mieux pour y arriver malgré tout, ou continuer à essayer si c’est une volonté commune aux joueurs. Votre persévérance donne une dynamique, un but, et c’est bon pour le rythme de votre RP. Bien sûr cela ne veut pas dire que vous devez faire de votre personnage ce qu’il n’est pas, mais un bon partenaire de RP s’adaptera aux épreuves proposées par son/sa camarade et trouvera des solutions en fonction du caractère de son personnage pour les franchir. Comme pour une partie d’échecs, même si le mouvement de chaque pièce ne peut être changé il y a des façons d’atteindre votre but avec les spécificités de chaque pièce sans les transformer. Attention cependant, la persévérance n’est bonne que si elle ne gêne pas les autres joueurs. Si vous essayez de pousser un personnage pour caser le vôtre à la place sans l’accord des joueurs concernés vous ne serez certainement pas un bon partenaire de RP !

Conclusion

Être un bon partenaire requiert tout un tas de qualités, humaines et pratiques concernant l’écriture (ou le jeu d’acteur si vous jouez en réel, mais je ne traiterai pas ce sujet). Si vous avez longtemps écrit en solo avant de vous lancer dans le RP ou si vous avez toujours été bon en français à l’école, vous aurez des facilités pour la seconde partie, et si vous êtes quelqu’un de naturellement chaleureux et soucieux des autres la première ne vous posera pas vraiment problème. Ce qui compte avant tout pour être un bon partenaire de RP, c’est de le vouloir et de s’en donner les moyens. Même si vous avez une grande marge de progression pour certains points il y en a certainement d’autres où vous êtes déjà bon(ne). N’hésitez pas à questionner vos partenaires réguliers et avec lesquels vous avez de bonnes relations sur les points qui vous semblent plus délicats à maîtriser et à vous servir de leur évaluation pour progresser. Et puis rappelez-vous que si les gens aiment jouer avec vous c’est que vous avez certainement des qualités qui leur plaisent, alors conservez-les tout en améliorant vos points faibles et vous ne ferez que des heureux ! Pour aller plus loin avec ce sujet et vous tester en quinze questions, suivez ce lien vers le test !

Réagir à cet article

Merci de remplir les champs ci-dessous.
Votre adresse email ne sera pas diffusée.